Territoire, environnement et développement durable

Chiffres clés

L’environnement, une préoccupation croissante au sein de la population

L’OFS révise et développe les méthodes permettant de fournir des informations statistiques fiables et pertinentes pour alimenter les débats publics et améliorer les prises de décision en lien avec l’environnement ou le territoire. Il propose également des informations visuelles et synthétiques facilitant la compréhension de notions complexes comme le développement durable.

La 3e enquête «Qualité de l’environnement et comportements environnementaux» montre que 84% de la population jugeait en 2019 la qualité de l’environnement en Suisse très bonne ou plutôt bonne, alors que cette part s’élevait encore à 92% en 2015 et 2011.

Le développement de la comptabilité environnementale se poursuit. Ainsi la statistique publique fournit une première contribution à la mesure de l’économie circulaire grâce à l’extension des comptes des flux de matières aux flux de récupération des déchets. Depuis 2000, le taux de circularité matérielle a constamment augmenté pour se situer à 13% environ en 2018. Un compte sur les subventions et autres transferts liés à l’environnement a été développé. Les premières estimations indiquent que ces derniers ont plus que doublé, passant de 1 à 2,5 milliards de francs à prix courants entre 2008 et 2019. Enfin, des travaux de longue haleine ont été initiés en vue du développement d’une comptabilité des écosystèmes.

La nouvelle visualisation interactive du système d’indicateurs MONET 2030 permet de saisir d’un coup d’œil l’état d’avancement de la Suisse vers les objectifs de développement durable. La mosaïque n’est pas uniforme: si près de la moitié des carreaux-indicateurs témoignent de progrès, d’autres révèlent des reculs.

Les 52 indicateurs dédiés au suivi des objectifs fixés par le Conseil fédéral dans le programme de la législature 2019 à 2023 ont été publiés. Ils fournissent également les informations nécessaires à l’élaboration de l’analyse de la situation publiée dans les rapports de gestion du Conseil fédéral.

La révision des niveaux géographiques non institutionnels s’est achevée avec la publication des zones urbaines fonctionnelles calculées selon la définition européenne. La Suisse comprend dix de ces zones. Ces niveaux géographiques sont à disposition de tous, depuis la représentation cartographique jusqu’aux fichiers lisibles par machines.

La révision de la méthode de la statistique de la superficie s’est poursuivie en 2020. L’intégration des méthodes d’intelligence artificielle appliquées à l’imagerie aérienne permettra d’automatiser partiellement le relevé. Les premiers tests s’annoncent prometteurs. Cette nouvelle méthodologie sera utilisée dès mi-2021, en phase avec l’initialisation du cinquième relevé de la statistique de la superficie.

Le projet ADELE a pour objectif de permettre une automatisation partielle du relevé de la statistique suisse de la superficie. Plusieurs types d’algorithmes issus de l’intelligence artificielle sont mis en œuvre pour analyser les images aériennes et les combiner avec des données provenant de sources très diverses: données satellitaires, mensuration officielle, données d’altitude, modèle topographique du paysage, etc.
Les premiers résultats sur la détection de changement et la classification de la couverture et de l’occupation du sol sont encourageants et permettront d’accélérer les processus de relevé. La gestion de la qualité reste cependant un défi et l’intégration de l’intelligence artificielle dans la production statistique implique un effort important dans l’adaptation des processus et du système qualité, ainsi que dans la formation des collaboratrices et des collaborateurs de l’OFS.